Solution d’Énergie Renouvelable Unique

Vous pourriez enquêter sur ces faits:

Est-ce toujours le combustible fossile fiable pour notre source d’énergie primaire?

1. Comme nous le savons tous, les réserves de carburant sont limitées et bientôt le monde s’épuisera complètement. Malheureusement, cette possibilité devient de plus en plus probable et créera de très graves difficultés dans la vie de tous, en particulier pour les habitants des pays en développement.

2. Les prix du carburant augmentent. ALORS que la volatilité du Moyen-Orient continue d’affecter l’approvisionnement mondial en pétrole, des pays comme l’Ouganda subissent des coûts d’importation de pétrole lourd. Les prix du pétrole fossile brut ont touché 100 this cela se combine avec le taux de change erratique et croissant du dollar (au taux élevé du dollar le mois dernier, cela se traduit par 230 000 shillings) par baril cette année et devrait atteindre la barre des 150Sh (345 000 shillings) dans deux ans.

3. Les pays en développement dépendent de lourdes taxes sur les produits pétroliers importés pour équilibrer leur budget. Cela augmente considérablement le coût pour la personne moyenne. Le biocarburant cultivé localement n’a pas de taxe.

Un système d’alimentation du futur

4. Le fait que la couverture du réseau électrique de l’Ouganda et d’autres pays en développement ne soit que inférieure à 5% est une bénédiction déguisée. Cela ouvre la possibilité d’une meilleure exploitation des sources d’énergie.

5. Les nouvelles technologies de production d’électricité, de surveillance et de contrôle basées sur la production d’électricité distribuée plutôt que centralisée sont la clé de la puissance des pays en développement de l’avenir.

6. Des millions de producteurs locaux d’énergie renouvelable peuvent potentiellement produire beaucoup plus d’énergie distribuée que les anciennes formes centralisées de production et de distribution d’énergie moins efficaces, utilisant l’hydroélectricité, le pétrole, le charbon, le gaz naturel et le nucléaire qui ne peuvent pas être mises en œuvre avec succès dans les pays en développement.

Utilisez l’énergie solaire, l’énergie éolienne, la mini-énergie hydraulique, l’énergie générée par le bio-diesel, l’énergie bio-mas. Introduisez des poêles à huile et encouragez la culture des plantes oléagineuses.

7. Le bois de chauffage est le combustible de cuisson le plus répandu dans les pays en développement.

8. La pollution de l’air intérieur et d’autres problèmes de santé entraînent des décès élevés.

9. Cuisiner sur un feu ouvert tous les jours, dans les limites d’une cuisine non ventilée, a été comparé à fumer cinq paquets de cigarettes par jour.

10. L’OMS estime que plus de 1,6 million de personnes meurent chaque année de “pollution de l’air intérieur “.

11. Défricher les forêts, met en danger la petite fille qui va de plus en plus loin chercher du bois dans un couvert forestier de plus en plus en retrait.

12. La désertification qui résulte de l’abattage des forêts pour le bois de chauffage, la combustion du charbon de bois, etc. détruit le temps et rapproche le désert de nous.

13. De nouvelles recherches mettent en évidence le carbone noir (ou suie) provenant des feux de cuisson dans les pays en développement comme l’un des principaux contributeurs au réchauffement climatique. Après le dioxyde de carbone (40%), le carbone noir représente 18% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

14. Remplacer les feux de cuisson traditionnels dans les pays en développement par des cuisinières propres est considéré comme une “solution rapide” qui donne aux pays du monde en développement le temps de maîtriser le CO2. Puisque le carbone noir ne reste dans l’atmosphère que quelques semaines (contrairement au dioxyde de carbone qui persiste pendant des années). Des poêles à cuisson propres auraient un impact dramatique, éliminant presque immédiatement les effets de réchauffement du carbone noir.

15. En réduisant la quantité de combustible de biomasse nécessaire, les familles ont augmenté le temps, l’argent et les choix sur la façon d’améliorer leur vie de famille.

16. Chacun des poêles à biocarburant permet d’économiser en moyenne 1 tonne de émissions de carbone par an.

17. Deux arbres matures de Jatropha absorbent 1 tonne de carbone par an.

18. Les crédits carbone sont négociables en bourse à environ 40 per la tonne.

19. Un terrain d’un acre à 2 x 2 mètres prend 1 000 arbres.

20. L’huile extraite d’un demi-acre de jatropha peut fournir les besoins en carburant de cuisson d’une famille de 6 personnes Pendant un an.

21. Chaque arbre mature (cinq ans) donne 3 à 6 kg de graines par an.

22. Ces avantages peuvent financer un projet de jatropha / huile végétale et fournir des poêles abordables à l’utilisateur final.

23. Le jatropha, une plante vivace résistante à la sécheresse avec une durée de vie de plus de 40 ans, fait partie de la famille Europhobiaceace. Ses graines peuvent produire environ 37% d’huile non comestible.

24. Le marché mondial du biodiesel devrait atteindre 37 milliards de gallons d’ici 2016, avec une croissance annuelle moyenne de 42%.

25. Le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation a récemment recommandé le jatropha comme culture de biocarburants pour les pays en développement.

26. Il est nécessaire que les pays en développement investissent dans la production de biocarburants, car avec le changement climatique, les politiques énergétiques mondiales sont appelées à changer pour le pire.

27. L’Ouganda peut exceller dans la production de biodiesel puisque la majorité de la population tire ses revenus de l’agriculture. Le jatropha offre un potentiel énorme pour atténuer la pauvreté et améliorer la santé. Un agriculteur peut gagner jusqu’à 250sh (427 500 shillings) par an à partir d’une haie de jatropha de 1 km.